le bois illégal : les enjeux
Les forêts tropicales abritent plus de 50 % de la diversité biologique terrestre et constituent une précieuse source d’approvisionnement en matières premières pour l’homme. Elles jouent également un rôle important dans la régulation du climat en influant sur le cycle de l’eau et le régime des pluies.

Pourtant, environ 14 millions d’hectares de forêt tropicale disparaissent chaque année, soit l’équivalent de la superficie de la forêt française.

Selon la Banque Mondiale, 20 % de la disparition de la forêt tropicale serait la conséquence de l’exploitation abusive des forêts.







Les causes de cette disparition sont multiples et complexes et les conséquences graves pour l’environnement. L’agriculture et l’exploitation industrielle et commerciale en sont les principales responsables.
Cependant, l’exploitation forestière n’est pas forcément destructrice. Elle peut tout à fait être pratiquée de façon respectueuse de la nature et des hommes tout en étant viable économiquement.

Les infrastructures nécessaires au transport du bois contribuent également à cette disparition. En effet, l’aménagement de routes à travers la forêt vierge permet aux agriculteurs d’y pénétrer, de défricher et facilite la transformation de la forêt en plantations agricoles. Ces ouvertures facilitent la chasse commerciale de la viande de brousse, première cause de disparition de la faune dans le bassin du Congo Les spécialistes estiment que 40 % de la destruction de la forêt tropicale provient de sa conversion en plantations ou en cultures permanentes, en incluant les incendies massifs dont elles sont la cause. Ainsi, en Indonésie, la forêt tropicale a été remplacée par d’immenses exploitations de palmiers à huile. Ces monocultures appauvrissent les sols et n’assurent pas les différentes fonctions d’une forêt naturelle.
retour
suite
Les enjeux Les solutions Bassin du congo En savoir plus
Faire un don