le bois illégal : les enjeux






Plus de la moitié de la faune sauvage du continent africain trouve refuge dans les forêts du bassin du congo. C’est le cas de l’unique population mondiale de gorilles des plaines et de la plupart des derniers éléphants de forêt africains. La destruction de leur habitat entraîne bien évidemment leur disparition progressive mais inéluctable.
De plus, les routes et le trafic des forestiers favorise le braconnage des espèces animales ainsi que le commerce illégal de la viande de brousse.

La viande de brousse issue de la forêt représente la principale source de protéines pour l'Afrique Centrale. Le prélèvement s'élève à plusieurs millions de tonnes par an et sur l'ensemble des espèces chassées, deux tiers sont sur-consommées. L'ouverture d'une concession pour l'exploitation du bois s'accompagne toujours d'une augmentation de la chasse. Mais l'exploitation forestière en elle-même représente déjà un dérangement pour la faune. Si la prise en compte de la biodiversité n'est pas intégrée au plan d'aménagement et bien gérée comme exigée par la certification FSC, cette perturbation débouchera sur une diminution de la fréquentation de la majorité des espèces et la disparition totale des plus sensibles. Certaines espèces comme les éléphants ont besoin de plusieurs milliers de km² pour vivre.



retour
suite
Les enjeux Les solutions Bassin du congo En savoir plus
Faire un don